Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un point c'est (pas) tout

Un point c'est (pas) tout

Blog sur tout ce qui rend la vie plus chouette...


Le coin des livres : Prime Time

Publié par Christelle Point sur 4 Septembre 2015, 08:52am

Le coin des livres : Prime Time

Vous ne le savez pas, évidemment, mais la Terre n’est rien d’autre qu’une immense émission de TV-réalité. Partout dans la galaxie, les extra-terrestres se délectent de nos frasques et de notre bêtise, de notre propension à la violence et à l’autodestruction, de nos ridicules croyances en une puissance suprême, de nos chamailleries puériles. En fait, nous sommes les ch’tits et les Marseillais de l’univers (oh putain !), mais les audiences sont en berne depuis un moment et les producteurs de Channel Blue ont décidé de faire un grand final et de clore le programme en un Armagueddon qui va cartonner ! Perry Blunt, un scénariste de Los Angeles en mal de succès, découvre complètement par hasard l’envers du décor mais aussi les funestes projets de la production. Le voilà embarqué bien malgré lui dans une course contre la montre pour empêcher le BOUM final, et il va aller de surprises en surprises… Avec « Prime Time », Jay Martel (qui semble bien connaitre le milieu de la TV américaine) nous offre bien sur une immense farce du style « The Truman show » mais en plus déjanté. On suit les aventures surréalistes (jusque sur la Lune, avec un ascenseur, oui !) de Perry qui va donner de sa personne (dans absolument tous les sens du terme) pour sauver 7 milliards de personnes qui ne se doutent de rien. C’est trépidant comme un film d’action d’Hollywood, c’est délirant comme de la SF cheap (on est plus proche de « The Twilight zone » que de « 2001, odyssée de l’espace » !) et c’est vrai qu’au bout d’un moment, çà donne presque le tournis tellement les péripéties s’enchainent, avec une surenchère dans le délirant qui finit par lasser un tout petit peu sur la fin. Mais en creux, il y a une vraie critique de la TV réalité voire même de toute l’industrie du divertissement américain, voire même, dans un chapitre particulier vers la fin, une vraie giclée d’acide sur l’impérialisme US. Voilà un roman qui se lit avec gourmandise et assez vite, c’est drôle, parfois même très drôle, et qui vous explique avec sérieux qu’il ne faut pas beaucoup plus qu’un stylo gadget pour déclencher une guerre thermo nucléaire. Le pire, c’est que dans le monde de 2015, ça semble presque crédible…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents