Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un point c'est (pas) tout

Un point c'est (pas) tout

Blog sur tout ce qui rend la vie plus chouette...


Mes séries préférées : NYPD Blue

Publié par Christelle Point sur 19 Mai 2014, 15:44pm

Mes séries préférées : NYPD Blue

« NYPD Blues », au début des années 90, c’est d’abord un pari, faire une série policière avec pour héros principal un type parfaitement antipathique, j’ai nommé Andy Sipowitz ! Aujourd’hui qu’on peut voir le Docteur House maltraiter ses patients sans aucune mauvaise conscience, on n’est plus très étonné par cette audace mais quand on se remet dans le contexte de la fin des 80’s, c’était un sacré pari ! C’est l’acteur Dennis Franz et son physique assez ingrat qui va incarner pendant plus de 10 ans ce flic odieux, brutal, mauvais mari et mauvais père, alcoolique et franchement raciste. Et le pire, c’est qu’on va finir par s’attacher à lui tellement chez lui, le sens de la justice et l’importance de l’amitié emporte tout le reste. Il aura évidemment plusieurs coéquipiers, dont certains connaitront une triste fin. Passons rapidement sur Davis Caruso qui ne fera qu’une saison et c’est heureux vu qu’il s’agit (à mon avis) du plus mauvais acteur de la TV américaine et sur Rick Schroder et Mark-Paul Grosselaar qui, sans démériter, n’auront pas eu le répondant nécessaire face à Dennis Franz. Ne retenons que Jimmy Smits qui incarnera pendant 4 ans le coéquipier idéal et le meilleur ami de Sipowitz dans ce qui resteront comme les 4 meilleures saisons. Autour de ce couple de flic, des collègues qui ne seront jamais relégués au rang de simples seconds rôles avec des vraies histoires personnelles et des vraies personnalités marquées. Au travers des innombrables enquêtes que le 15th district aura à traiter, bon nombre de meurtres ou d’agressions, avec des suspects et/ou des victimes parfois attachants, parfois effrayants, parfois juste pathétiques ou bouleversants. La série s’attachera davantage à étudier les rapports psychologiques entre la police et les suspects. Ce n’est pas tant « qui à commit quoi » qui intéresse le téléspectateur de « NYPD Blue » mais comment la police va amener le coupable à reconnaitre son crime : on négocie, on menace, on louvoie, on ment aussi pour obtenir des aveux, et parfois on échoue, évidemment… Filmée de manière très brute dans un décor plus vrais que nature, sans effets spéciaux ni effets de mise en scène superflus, « NYPD Blue» aura été la toute première série à ouvrir la voie de « l’authenticité » dans laquelle des séries comme « Urgences » vont s’engouffrer après elle. Le casting aura été toujours été très impeccable (à l’exception de Caruso) et on y découvre au fil des épisodes des acteurs débutants qui vont s’épanouir quelques années après dans d’autres séries. Mais c’est l’acteur Dennis Franz, une vraie gueule qui trouvera dans ce film de rôle de sa vie. Parfois copiée, et même en France où la série « PJ » tentera de s’en inspirer, « NYPD Blue » est devenue la référence en matière de série policière. Après elle, les « Starsky et Hutch », les « Flics à Miami » et autres policiers des 70’s ou des années 80’s feront vraiment très datés !

La toute dernière scène, du dernier épisode de la dernière saison, qui m'a fait pleurer (mais il faut voir toute la série pour comprendre pourquoi) : http://www.youtube.com/watch?v=Y6ghVW0Lvss

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents